Les artistes

4 questions à Damian Siqueiros

1518276237.jpg

Peux-tu nous en dire plus sur ton parcours ? 
J’ai commencé mes études en Arts Visuels il y a presque vingt ans et bien que j’aie même une maîtrise dans ce domaine mon focus n’a jamais été la photographie. Même maintenant la photographie n'est pour moi qu’un outil dans l’ensemble de ma pratique. Je trouve que mes forces sont dans la relation entre une puissante direction d’art et des concepts bien développés avec un engagement social. Pour réussir à créer un langage esthétique reconnaissable, j’ai dû apprendre à faire le design de costumes, décors, maquillage, éclairage, et souvent les créer aussi. À force de travailler avec des chorégraphes et danseurs pendant longtemps j’ai aussi appris les outils du processus créatif du mouvement, mélangeant souvent avec des outils de théâtre comme la relation entre les émotions, la respiration et le mouvement. Dans mes 8 ans de carrière au Québec, j’ai aidé à définir la représentation de la danse en collaborant avec des artistes locaux et internationaux  pour la création de leurs communications ou même pour des collaborations artistiques. Parmi ces collaborations on peut trouver des artistes comme Margie Gillis, Sidi Larbi Cherkaoui, Hélène Blackburn et Andrew Skeels. Pendant ces dernières 8 années  de travail à Montréal, j’ai réussi à présenter mes images et vidéos issues de collaborations avec des artistes de la scène dans des musées et galeries  à travers le monde, notamment : Paris, New-York, Washington D.C. au Art Museum of the Americas, Miami au Frost Museum, le Mexique, la Corée du Sud, Toronto, et Montréal. À l’automne 2017 j’ai eu ma première grande rétrospective à la prestigieuse Tambaran Gallery à New York.

Tu as été photographe de mode, qu'est-ce que cette expérience a pu t'apporter ?
Tout ce qui touche à la photographie commerciale m’a beaucoup aidé à développer le côté technique de la photographie. Dans les arts visuels, on se concentre souvent sur le concept derrière les images et on néglige la production. À mon avis l’aspect technique permet d’établir une communication plus claire avec le spectateur, quelle que soit l’esthétique choisie. Pour moi, la forme est un vaisseau pour communiquer le concept et il doit exister un équilibre entre les deux. J’ai aussi une grande admiration pour le côté artistique de la mode qui va main dans la main avec mon amour pour la création de costumes pour mes personnages.

Tu te décris comme un ARTvertisement photographer, qu'entends-tu par là ?
Ce mot décrit mon engagement envers la promotion culturelle à travers mon travail commercial ainsi que la création d’une esthétique commerciale qui est très influencée par l’art et la peinture. Je pense qu’une de mes forces c’est que je comprends bien la nature et le processus de la création artistique, c'est donc pour moi facile d’accompagner les créateurs dans le développement de leurs campagnes de communication qui ciblent l’essence de leurs oeuvres et non le choix d'images purement cosmétiques. 

Quels sont les artistes ou mouvements qui t'influencent ?
J’apprécie plus les influences qui ne sont pas directement reliées à mon médium car il y a un travail de réflexion et de transformation. Je m’inspire souvent de la danse évidemment avec des chorégraphes comme Sidi Larbi Cherkaoui ou Kylián. Mais souvent cet effet est plus puissant quand je travaille de plus près avec ces artistes comme c’est le cas pour Andrew Skeels ou Hélène Blackburn. La peinture figurative (Rembrandt, John Singer Sargent, Lee Price, Kahinde Wiley, etc.), est aussi une de mes grandes inspirations. Pas seulement à cause de l’esthétique mais aussi à cause de l’utilisation de l’iconographie comme langage de communication avec le public. Beaucoup d’artistes classiques ont développé des langages visuels (poses, couleurs, symbolismes) qui sont encore pertinents et semblent universels. Ils ont trouvé quelque chose d’essentiel dans la nature humaine comme les oeuvres de Shakespeare ou de Mozart.