Guide du spectateur

Les contes dansés

 

A travers deux relectures dansées et contemporaines de contes écrits, trouvez similitudes, différences, et laissez parler l'imagination des enfants...

Exercice : 

1) Etudier et analyser le texte initial.
2) Montrer aux élèves l’extrait de la pièce dansée en leur demandant de prendre en note les similitudes qu’ils retrouvent entre le texte et la chorégraphie (personnages, répliques, situations…).
3) Effectuer un second visionnage en demandant aux enfants de repérer comment sont figurés ces personnages ou situations (costumes, mouvements, sons…).

Vous pouvez débattre après chaque visionnage ou à la suite des deux. Selon l’âge des élèves les deux étapes peuvent être regroupées. Le but de cet exercice est de faire comprendre aux élèves que le mouvement peut signifier quelque chose (une émotion, un mot, une situation).

Analyser un art de prime abord abstrait en essayant d’y repérer des axes concrets aidera l’enfant à développer son esprit d’analyse tout comme son imagination. Gardez néanmoins en tête et laissez savoir aux enfants qu'il n'y a pas de réponse exacte dans la lecture de la danse contemporaine, chacun est libre de ressentir ou d'apercevoir ce qu'il veut. 

 

Œuvres suggérées :

le-petit-chaperon-rouge-par-la-cie-divergence.jpg

Œuvre n°1

Cie Divergences - Le petit chaperon rouge

Archaïque, viscérale, violente… Ainsi pourrait-on qualifier cette « histoire » cent fois contée. Délaissons alors la narration pour une vivisection au scalpel de la fable enfantine et aux épisodes successifs du conte, préférons ses entrailles ! Un loup, mi animal, mi serial-killer et un petit chaperon rouge à l’innocence complice du meurtre final, se lancent dans un duo fait de fascination, d’attraction, de jeu, de perfidie, de peur et d’angoisse. Dans un univers sonore live tout en craquements, stridences ou vrombissements de disques vinyle bricolés et maltraités, les « crocs » laissent aux « corps » un plateau nu, espace tout à la fois concret et onirique. Au dépouillement narratif du conte originel, versions orales ou de Perrault, répond une économie de moyens, de costumes et de lumières pour n’y laisser que les nerfs et le muscle, le souffle court et les grognements, et des rires pour désamorcer cet engin chorégraphico-explosif. Expressionniste ou cartoonesque, ce chaperon là ne craint ni Bettelheim, ni Tex Avery pour confronter l’enfance à ses fantasmes et ses peurs avec puissance, jubilation et hypnotisme…. miam !


Œuvre n°2

Angelin Preljocaj - Blanche neige

Blanche Neige est un grand ballet romantique et contemporain d’après la version des frères Grimm. Angelin Preljocaj réunit pour ce projet les 26 danseurs de la compagnie sur les plus belles pages des symphonies de Gustav Mahler. Les costumes sont signés Jean Paul Gaultier, les décors Thierry Leproust.