Guide du spectateur

Oz | Les adaptations

Le Magicien d'Oz (en anglais : The Wizard of Oz) est un film musical américain de Victor Fleming sorti en 1939, adapté du roman du même nom de L. Frank Baum. Version intégrale ici


Wicked est une comédie musicale américaine de Stephen Schwartz et Winnie Holzman créée le 30 octobre 2003 au George Gershwin Theatre de Broadway. L'histoire s'inspire d'un roman de Gregory Maguire, Wicked: The Life and Times of the Wicked Witch of the West, reprenant les personnages créés par L. Frank Baum dans Le Magicien d'Oz, mais du point de vue des sorcières du pays d'Oz, avant que Dorothy ne débarque du Kansas. La pièce fait de nombreuses références au film Le Magicien d'Oz (1939) avec Judy Garland.


Le Monde fantastique d'Oz est un film fantastique américain réalisé par Sam Raimi, sorti en 2013. Adaptation cinématographique du roman Le Magicien d'Oz de L. Frank Baum publié en 1900, c'est une préquelle du film Le Magicien d'Oz sorti en 1939.

Guide d'observation

L’exercice, à la fois descriptif et argumentatif, permet aux participants de rendre précisément compte de l’essentiel du spectacle vu. Pour susciter une observation active lors du spectacle, rendre les participants attentifs à plusieurs points dont ils prennent note. 

LE SPECTACLE
Relever toutes les collaborations artistiques et leur apport particulier. Décrire les costumes, les éclairages, la scénographie, la musique, etc. 

LA DANSE
Est-ce qu’il y a beaucoup ou peu de mouvements? Y a-t-il des liens avec ce qu’ils connaissent de la danse (chorégraphies de groupe, types de mouvements)? Est-ce un langage contemporain? Relever deux ou trois mouvements caractéristiques. 

LE THÈME
Le thème annoncé est-il traité? Si oui, comment?

LA NARRATION
Y a-t-il une histoire qui se tisse? Si ce n’est pas le cas, il se passe quelque chose pour autant, le récit avance, il suffit d’observer l’état des danseurs au début du spectacle et à la fin du spectacle.

Le conte initiatique

Le Magicien d’Oz est un conte dans la lignée des contes initiatiques, comme Alice au pays des Merveilles, Le monde de Narnia, Pinocchio, Le petit Chaperon Rouge, ou encore Peter Pan. 

Le conte initiatique est caractérisé par différents éléments : 

  • le passage : qui opère une régression et permet au héros de rencontrer sa peur et  de la vaincre 
  • la métamorphose / la transformation 
  • le voyage 
  • des personnages fantastiques 
  • les épreuves 
  • le temps suspendu, la finale qui signe le retour dans le monde réel

Les informations ci-dessous énumèrent les différents ingrédients du conte initiatique dans Le Magicien d’Oz. Décrivez les différents éléments du conte initiatique dans un des contes suivants connus par les enfants : Alice au pays des Merveilles, Le monde de Narnia, Pinocchio, Le petit Chaperon Rouge, ou Peter Pan (liste non exhaustive).


LE PASSAGE du monde réel au monde imaginaire
- qu’est ce qui déclenche le passage ? la tornade déclenche le passage en enlevant Dorothée et son petit chien Toto
- comment les deux mondes se différentient et s’opposent ? personnages magiques et environnement merveilleux
- comment le passage se matérialise-t-il ? par une fenêtre

LE VOYAGE / LE DÉPLACEMENT dans un univers fantastique
- en quoi l’univers est-il fantastique ? univers peuplé de personnages et d’éléments magiques, qui parlent, qui bougent
- comment le chemin/le voyage est-il matérialisé ? un chemin pavé de briques jaunes qui mène à la Ville d’Émeraude

PERSONNAGES MAGIQUES
- l’épouvantail qui n’a pas de cerveau, le bûcheron en fer blanc qui n’a pas de cœur, le lion qui n’a pas de courage, les sorcières, le magicien, etc. 

LES ÉPREUVES passées par le héros. l’épreuve ultime consiste en la transformation du héros qui grandit
en quoi consistent les épreuves ? rencontrer le magicien d’Oz, rapporter le balai de la sorcière
- quels sont les bénéfices pour le héros ? la prise de conscience de l’importance de la famille et du foyer, et que l’humanité est imparfaite et peut toujours s’améliorer : un homme sans cœur, sans cerveau, sans courage peut acquérir ces qualités s’il le décide

LA MÉTAMORPHOSE
- comment les métamorphoses se manifestent-elles ? pour Dorothée, il s’agit des souliers d’argent (dans l’œuvre littéraire / souliers de rubis dans le film de 1939) qui symbolisent le passage à la maturité

LE RETOUR AU MONDE RÉEL par lequel l’initiation et l’aventure vécue par le héros dans le temps suspendu du monde fantastique est expliquée de manière rationnelle
- comment le héros retourne-t-il dans le monde réel ? Dorothée rentre au Kansas grâce à la fée du Sud en lui apprenant que les souliers pouvaient l’aider en claquant trois fois des talons et exprimer un souhait. 
- comment le temps initiatique est-il justifié dans le temps réel ? le temps initiatique correspond à la durée de l’évènement.

Dessine-moi un monde fantastique

À quoi ressemble ton monde imaginaire ? 
Dans Le Magicien d’Oz, Frank L. Baum a imaginé le monde imaginaire d’Oz dans lequel Dorothée est transportée. Dans sa pièce chorégraphique, Ismaël Mouaraki imagine également un monde fantastique où vont évoluer les interprètes. 

Sur une feuille, un enfant est pris dans la tornade comme Dorothée ! Dessine le monde imaginaire dans lequel il va atterrir !

Dessin de Margot Bryzon

Dessin de Margot Bryzon

Apprendre et reconnaître les différentes esthétiques des danses urbaines

Le spectacle oZe allie danses urbaines et danse contemporaine. L’histoire des danses urbaines est intimement associée à celle du hip-hop né dans le Bronx aux États-Unis dans les années 1970 et appartient à une vague de revendications des minorités des quartiers défavorisés. Mais les danses urbaines ne sauraient être réduites à cette seule tendance. Elles sont le résultat d’un métissage des styles de danse pratiqués en milieu urbain et sont originaires tout autant des Pays d’Amérique du Sud, de l’Afrique, de l’Asie que des pays occidentaux et disent la richesse des habitants d’une même ville. Les danses urbaines sont multiples, car elles rassemblent différentes esthétiques (popping, bboying, bgir-ling, locking, wacking, etc). Toutes ces esthétiques sont présentes dans les œuvres de Destins Croisés, mais la spécicité de Destins Croisés est que le chorégraphe intègre toutes ces formes de danses urbaines dans un univers contemporain.


Le B-boying ou B-girling, également appelé breakdancing, est un style de danse de rue qui est né principalement parmi les jeunes portoricains et afro-américains dans le Bronx des années 1970. La danse s’est répandue dans le monde entier grâce à la popularité des médias, notamment dans des régions comme le Canada, la France, l’Allemagne, le Japon, la Russie, la Corée du Sud et le Royaume-Uni. Cette danse se caractérise par son aspect acrobatique et ses  gures au sol. Le breakdancing consiste en un mouvement de jambes rapide, où les danseurs passent d’un pied d’appui sur l’autre. On peut y noter une certaine ressemblance avec certains mouvements du swing, du charleston ou des claquettes. Cette danse se pratique dans les rues, les vidéoclips et les battle, sorte de compétition entre danseurs de rue.


Le popping est une danse californienne qui se danse debout contrairement au breakdance qui se danse au sol. Le popping repose sur trois principes de base : les hits (contractions), l’isolation et les angles. Le rythme est ressenti à travers les contractions appliquées par le danseur à des moments bien choisis qui lui permettent de s’approprier la musique. En effet, ces danses ont fait leurs premiers pas sur la musique funk vers la fin des années 70 et les années 80.


Le terme locking signifie littéralement «fermer». Cette danse a été inventée au début des années 70 et elle est rattachée à la culture hip-hop. Un des mouvements de base est le « pointage », de l’anglais pointing, c’est-à-dire le fait de pointer. Cela vient de l’affiche de recrutement pour l’armée américaine où l’on voyait l’Oncle Sam pointant le doigt vers le spectateur avec le slogan : « I want you for U.S. army ». Il existe aussi plusieurs autres mouvements comme le Stop and go or Bus stop. Le locking est beaucoup plus musical que le breakdance et est très expressif. Il se danse principalement avec le bassin, les pointes et les expressions du visage qui sont très importantes.


Le Waacking est une forme de danse de rue afro-américaine qui provient des clubs homosexuels des États-Unis. Le waacking est apparu dans les années 1970 à Los Angeles, s’inspirant de la musique funk et disco. À l’origine c’est une danse qui se veut être une imitation d’une danse sensuelle et féminine réalisée par des hommes. Le waacking consiste à bouger les bras au rythme de la musique. Il met la danse hip-hop en avant, avec la reprise de quelques mouvements qui s’en inspirent. Il a également pris l’inspiration stylistique de stars de cinéma telles que Lauren Bacall, Marlene Dietrich, Bette Davis et James Dean. Avec l’arrivée du hip-hop, le waacking est devenu plus funk. Après un désintérêt pour cette danse dans les années 1990, il connaît un regain avec la mode des sons électro des années 2000.


Le Krump est une danse née dans les années 2000 au cœur des quartiers pauvres de Los Angeles. Cette danse est non-violente, malgré son apparence agressive à cause des mouvements exécutés très rapidement, de la rage ou la colère qui peut se lire parfois sur les visages des danseurs de Krump que l’on appelle les « Krumpers », se veut être une danse représentant la « vie » et toute sa « jouissance ». Le Krump permettait aux jeunes de canaliser leur colère, leur agressivité, leur haine, leur rage... Toute cette colère qui est canalisée peut donc ressortir sous une forme plus positive. C’est le Krump. La pratique du krump est de plus en plus courante, popularisé récemment en partie grâce aux « battles ». Chaque krumper a son propre style et sa propre identité. Il est inimaginable de trouver deux danseurs de krump qui dansent de la même façon notamment en chorégraphie.


Apparu dans les années 1970 parmi la communauté transgenre et gay des afro et latino-améri- cains, le voguing est caractérisé par la pose-mannequin, telle que pratiquée dans le magazine américain Vogue durant les années 1960 et lors des défilés de mode, intégrée avec des mouvements angulaires, linéaires et rigides du corps, des bras et des jambes. Dans les années 1990, le voguing est connu pour avoir inspiré le titre Vogue de Madonna.

La compagnie Destins Croisés

Lefoutoir_MG_3468.jpg

Toute la philosophie de Destins Croisés réside en son nom. Fondée en 2003 par le chorégraphe et danseur français-marocain-canadien Ismaël Mouaraki, la compagnie de danse montréalaise Destins Croisés rassemble cultures urbaines et arts de la scène contemporaine dans des fresques chorégraphiques qui questionnent l’individu, la société, et leurs enjeux sociaux et culturels. Si la philosophie et la vision de la compagnie sont indissociables de son chorégraphe, de son histoire personnelle, et de ses racines en danses urbaines, c’est en s’entourant d’une équipe de collaborateurs et d’interprètes talentueux aux expertises multiples qu’Ismaël donne vie à ses œuvres originales et hors-normes.
 
Les créations de Destins Croisés explorent le métissage des genres, des individualités, et des physicalités hybrides, pour rejoindre l’essence même du corps dansant, dans une volonté de briser toutes les frontières sociales, culturelles, et artistiques et créer avec ce qui différencie. Ismaël Mouaraki transpose cette fusion dans ses œuvres, et bouleverse constamment son esthétique en croisant les danses urbaines aux formes multiples du langage contemporain (slam, cirque, vidéo, théâtre) dans des univers chorégraphiques intenses, physiques et organiques. L’identité et l’altérité y sont des thèmes récurrents, traduisant un goût prononcé de composer avec des individus dont l’identité s’est forgée par leur bagage culturel, social et artistique. Dans son univers, chacun, chaque forme d’art, chaque démarche a sa place. 


LA MISSION
La création est au cœur du mandat de la compagnie. C’est elle qui permet de construire les œuvres de son répertoire pour les porter jusqu’à leur pleine expression devant le public. Le processus de recherche et création en danse est également l’épicentre de ses activités et contribue à réaliser tous les autres objectifs de son mandat, c’est-à-dire : 

  • Mettre en valeur et travailler l’individualité des interprètes et des collaborateurs à travers l’univers du chorégraphe, ses techniques et sa structure créative
  • Professionnalisation des danseurs avec une méthode et une structure élaborée par le chorégraphe au cours de sa carrière et de son travail avec de nombreux danseurs aux parcours et aux identités physiques de tous types Danses urbaines (on ne verbalise pas le mouvement, on le danse) dans une démarche de danse contemporaine (verbalisation du mouvement)
  • La compagnie est le fruit du travail d’Ismaël Mouaraki mais cherche avant tout à rassembler, à provoquer des rencontres autour d’un travail chorégraphique et artistique commun (travail de collaboration avec les danseurs, les conseillers, les collaborateurs pour une cause commune pour l’art)
  • Les œuvres chorégraphiques comme des études et des observations appliquées sur la condition humaine, sur les identités et les groupes humains
  • A la fois reconnue sur la scène internationale, la compagnie conserve toujours la volonté de promouvoir la danse au Québec
  • L’évolution de la compagnie et des œuvres comme témoin de la recherche de qualité et de représentation de l’humanité

Pour en savoir plus : www.destins-croises.com

À propos du spectacle oZe

oZe-05.jpg

Librement inspiré du conte légendaire Le magicien d’Oz de L. Frank Baum, oZe révèle un talentueux quatuor aux pratiques et aux horizons variés. Danseurs urbains et contemporains, circassiens et adeptes du parkour, donnent vie à une aventure abstraite où les protagonistes prennent conscience des qualités et des résistances enfouies au plus profond de leur être. Sans transposer linéairement le roman en danse, la pièce se nourrit et s'inspire des multiples niveaux du récit et de ses thématiques pour animer les corps en les adaptant à nos réalités contemporaines. 

oZe proposera une réflexion sur la tolérance et l'acceptation de soi, des autres et du monde, tout en abordant les notions de risque, de chute et de perte de contrôle. oZe parlera aux petits et aux grands, car en chacun d'entre nous se trouvent un lion, un épouvantail ou un magicien à la recherche de son courage, de son coeur ou de son chemin. 

La danse contemporaine

La danse contemporaine
La danse contemporaine est une forme de danse qui, contrairement aux autre styles connus (le ballet, le jazz, la claquette, le break dance, etc), ne possède pas de langage gestuel de base. Le chorégraphe doit donc inventer son propre langage chorégraphique. Pour ce faire, il peut s’inspirer d’une multitude d’éléments tels que les autres styles de danse, le théâtre, les arts visuels, la littérature, la musique, les gestes quotidiens, bref, tout ce qui entoure l’artiste. C’est grâce à toutes ces sources d’inspirations différentes que la danse contemporaine semble si singulière et donne chaque fois une impression de nouveauté.


Les danses urbaines
Il y a beaucoup de formes de danses urbaines, le break dance, le hip hop, le voguing, le waving, et pleins d’autres. Nées aux États-Unis dans les années 1970, les danses urbaines se distinguent par leur forte technicité et aptitudes physiques, à l’horizontal (au sol) et à la vertical (debout). Souvent, les danses urbaines sont apprises à l’extérieur des écoles de danses, dans la rue, avec des amis, au beat des musiques populaires. L’influence des danses urbaines est très présente dans la culture populaire moderne, dans les vidéos des stars de la pop, au Canada et partout dans le monde.